Panier (vide) 0

Les Tags RFID UHF de type Class 1 Gen 2 ont une structure de la mémoire standardisée et bien précise. Les puces RFID UHF des principaux producteurs dans le monde entier suivent ce standard. Parmi eux, il y a naturellement les puces de la série NXP UCODE et Impinj Monza. Voici les 4 types de mémoire disponibles dans les puces RFID Gen2.

  1. Mémoire réservée
  2. Mémoire EPC
  3. Mémoire TID
  4. Mémoire utilisateur

Tout en suivant le même standard, il faut préciser que la quatrième mémoire, la mémoire utilisateur, n'est pas présente dans toutes les puces. En plus, à part la mémoire réservée, les trois autres peuvent diverger en taille selon les différentes puces. Pour connaitre la taille exacte, il faut consulter la fiche technique du Tag RFID, ou les spécifications techniques des puces RFID.

Voyons plus dans le détail ces 4 types de mémoire.

 

1. Mémoire réservée

Cette banque de mémoire contient les mots de passe kill et access (chacun de 32 bit). Par  default, les deux mots de passse ont une valeur '0', ils sont donc désactivés.

Le mot de pass kill désactive de manière permanente le Tag, en le rendant inutilisable. Il s'agit d'une fonction rarement utilisée, mais utile dans certains secteurs, comme par exemple la vente au détail : souvent le Tag RFID est désactivé pendant l'achat.

Le mot de passe access peut être utilisé pour vérrouiller ou dévérouiller la possibilité  d'écriture sur le Tag. A travers le mot de passe access, le Tag peut être dans les configurations suivantes : 

  • Non verrouillé
  • Non vérrouillé de manière permanente (il ne plus être vérouillé)
  • Vérouillé
  • Vérouillé de manière permanente (il ne peut plus être dévérouillé)

La mémoire réservée est la seule où il est possible d'appliquer aussi un vérouillage ne lecture. Pour les autres types de mémoires, le vérouillage est seulement en écriture.

 

2. Mémoire EPC

Cette banque de mémoire est conçue pour contenir le code EPC, ou Code Produit Electronique, le standard GS1 qui identifie de manière univoque et sans équivoque les différents produits (c'est-à-dire, le code-barres en format RFID). Ceci dit, la mémoire EPC peut être librement utilisée pour l'encodage de codes personnels, matricules, numéro d'inventaire, codes progressifs etc.. 

La mémoire EPC a un minimum de 96 bit de mémoire inscriptible. La mémoire EPC est ce qui est utilisé dans la plupart des application nécessitant seulement 96 bit de mémoire. Il existe certains Tags pouvant passer des bit de mémoire de la mémoire utilisateur vers la mémoire EPC. La mémoire EPC est la première banque de mémoire inscriptible.

Selon le type de puce, l'EPC peut avoir différents paramètres d'usine. Certains fabricant fournissent l'EPC encodée avec le même code, d'autres avec un code pseudo-random, d'autres encore la laissent vide. Si vous souhaitez utiliser l'EPC avec les paramètres d'usine, il faut bien vérifier préalablement comment elle sera configurée.

 

3. Mémoire TID

Cette mémoire est utilisée seulement pour mémoriser le ID univoque du Tag. Le TID (Tag Identifier) est assigné par le fabricant au moment de la production de la puce. Généralement cette mémoire ne peut pas être modifiée.

Puisque la partie initiale du TID identifie le fabricant de la puce, chaque fabricant a sa propre séquence de codes et, généralement, le code TID est univoque au niveau global.

Si vous avez l'exigence d'avoir un code univoque pour identifier des objets ou des personnes, utiliser le TID reste la solution la plus simple, car vous gagner le passage d'encoder l'EPC.

 

4. Mémoire utilisateur

Si l'utilisateur a besoin de plus de mémoire de celle disponible dans la section EPC, certaines puces ont une mémoires utilisateur plus grandes, pouvant enregistrer plus d'informations. En ce qui concerne la mémoire utilisateur, il n'y a pas de standard sur le nombre de bit de mémoire inscriptible sur chaque puce.

Une des puces les plus communes et avec une bonne mémoire utilisateur est la Monza 4QT, avec ses 512 bit. Il existe aussi des tags avec une mémoire utilisateur beaucoup plus grande, jusqu'à 4 ou 8 kbit. C'est la deuxième banque de mémoire inscriptible pour les puces RFID du type Gen 2.